Une bonne gestion de l’amiante nécessite d’abord un repérage des matériaux amiantées. La présente fiche a pour but de décrire de manière succincte les différentes techniques de travail reprises dans la législation. Le principe de précaution implique de limiter au maximum l’exposition des personnes aux fibres d’amiante tant lors de l’enlèvement des matériaux. L’enlèvement de matériaux contenant de l’amiante doit toujours être réalisé dans des conditions parfaitement contrôlées et, par des professionnels avertis sur les risques encourus afin de limiter au maximum la libération de fibres d’amiante dans l’air.

 ENLEVER DES MATÉRIAUX CONTENANT DE L’AMIANTE

LES MÉTHODES D’ENLÈVEMENT

Différentes méthodes sont utilisées pour isoler la zone où il faut enlever ou manipuler des matériaux contenant de l’amiante. Le choix de l’une d’entre elles dépend de différents critères, notamment du risque de libérer des fibres d’amiante dans l’air lors de l’opération de retrait. Lors de travaux sur des matériaux amiantés, il faut veiller à limiter le dégagement des fibres d’amiante inhalables et à ne pas accroître la concentration ambiante de plus de 10 fibres par litre d’air. Ce seuil est uniquement toléré lorsqu’on effectue des travaux sur l’amiante. En d’autres circonstances, il est recommandé de maintenir la concentration en fibres d’amiante au niveau le plus bas possible. Des opérations sur des matériaux d’amiante telles que le ponçage, par exemple, sont proscrites en dehors d’une zone fermée hermétiquement car elles entraînent la libération de nombreuses fibres d’amiante dans l’air. Selon les cas, on utilisera les techniques suivantes (de la plus contraignante à la moins contraignante) pour enlever des matériaux amiantés :

  • une zone fermée hermétiquement et maintenue en dépression ;
  • une zone semi-hermétique ;
  • la méthode des sacs à manches ;
  • une zone balisée, pour un démontage propre.

 

PROCEDURES POUR L’ENLÈVEMENT D’AMIANTE

 ORGANISATION DU CHANTIER

Les moyens techniques à mettre en œuvre pour retirer l’amiante dépendent notamment de la quantité, du type de matériau amianté, de l’état de celui-ci et du risque de dispersion de fibres d’amiante dans l’air lors du retrait. Le choix de la méthode de travail résulte d’une analyse des risques et est décidé au cas par cas. Lors des offres de désamiantage, nous veillons de près à ce que les méthodes de travail proposées offrent un niveau de sécurité suffisant pour limiter les libérations de fibres dans l’environnement. Pendant les travaux, le respect des différentes législations est strictement contrôlé par les différents organismes habilitées qui peuvent visiter les chantiers à l’improviste.

Installation de chantier type :

Zone de traitement de l’amiante

 

SÉCURITÉ DES PERSONNES ET DES TRAVAILLEURS

Des règles précises doivent être suivies pour assurer la sécurité des personnes extérieures au chantier lors des travaux d’enlèvement d’amiante. Des panneaux adéquats signalent que l’accès au chantier est interdit au public et préviennent du danger. Autant que possible, un périmètre de sécurité est délimité. Le périmètre de sécurité constitue une zone tampon dans laquelle la circulation des personnes étrangères au chantier est strictement contrôlée. Les travailleurs, quant à eux, sont protégés par une série de règles spécifiques aux chantiers d’enlèvement d’amiante inscrites dans la réglementation.

L’ENLÈVEMENT DE L’AMIANTE EN ZONE FERMÉE HERMÉTIQUEMENT

Cette méthode est celle qui offre le niveau de sécurité le plus élevé et s’impose lorsque le risque de libération de fibres d’amiante dans l’air lors du retrait de l’amiante est important. Les manipulations d’amiante sont réalisées en zone fermée « étanche » (le plus souvent au moyen de polyane), mise en dépression par rapport à l’extérieur pour éviter toute sortie d’air en cas de rupture accidentelle du confinement. A l’intérieur de ces zones, l’air est filtré et renouvelé au moyen d’un ou plusieurs extracteurs munis de filtres absolus qui arrêtent les fibres d’amiante. Toutes les entrées et sorties d’air, ainsi que la dépression, sont contrôlées. Par exemple, les opérateurs pénètrent dans la zone de travail via des sas composés de plusieurs compartiments munis de portes. Ils en sortent après avoir enlevé leurs vêtements de travail et après s’être douchés. Les déchets d’amiante sortent emballés par un sas particulier. Les surfaces intérieures (sol, murs, …) sont également plastifiées pour éviter leur contamination et faciliter le nettoyage final de la zone de travail.

 

 

MESURES DE LA QUALITÉ DE L’AIR : MESURES ÉLECTRONIQUES

Lors des travaux d’enlèvement, des mesures de contrôle de la qualité de l’air sont effectuées. Les prélèvements d’air et les analyses sont réalisés par des laboratoires accrédités (COFRAC). En fonction de la méthode de travail choisie et de la nature des travaux de retrait d’amiante, ces mesures de contrôle seront plus ou moins nombreuses et effectuées à différents endroits. Ces mesures de contrôle servent avant tout à ce que l’entreprise chargée des travaux d’enlèvement d’amiante puisse contrôler ses propres travaux, évaluer l’incidence de ceux-ci sur l’environnement et prendre des mesures correctives. Les délais d’obtention des résultats permettent aux entreprises de réagir rapidement à toute élévation du taux de fibres dans l’air .L’organisation globale du chantier est donc primordiale.

COMMENT LES DÉCHETS DOIVENT-ILS ÊTRE GERES ?

Les déchets d’amiante sont classés comme dangereux. Il est obligatoire de les séparer des autres déchets de construction afin d’éviter leur envoi dans les filières de recyclage (concasseurs à béton, …). Suite à l’enlèvement des matériaux amiantés, les déchets d’amiante doivent toujours être manutentionnés avec précaution. Les déchets d’amiante doivent être doublement emballés de façon étanche et mis dans des Big Bag. L’emballage doit porter le logo réglementaire indiquant la présence d’amiante. Les déchets amiantés sont pris en charge par des collecteurs agréés de déchets dangereux et des centres de traitement autorisés.